Monthly archives of “juillet 2013

comment 1

#2

Longtemps que je n’avais pas parlé déco ici. Avec l’arrivée de l’été, l’occasion de se plonger dans la décoration. Je pense aussi que mon obsession vient du fait que je n’ai pas d’appartement à proprement parler. À Paris depuis fin mars, j’ai surtout fait des sous-locations, remplacés des amis et abuser un chouilla de leur gentillesse. Il me tarde d’avoir mon chez moi, mais trouver un appartement sur la capitale c’est un peu se lancer dans Koh Lanta. Bref, en attendant d’avoir un espace à moi, je m’inspire de l’espace des autres. Plus de mes coups de coeur sur mon Pinterest.

1fffe8a50e58b5ce5c1c3f504e614735 b91cb7f361528c1133c06a62c09c1664 bc00a68bae4b4277296e5ada96477518 bc90dd6633654ae77e758f0937d4886f mona-kowalska-house_05 0cef0d8582f0b1f923348aa5872a0d04 c0c4cf159e36db063c55fcacfb0be0c4 lotta_agaton_pia_ulin_residence-malmo_01

Publicités
comment 0

PRADA AUTOMNE/HIVER 2013

prada-real-fantaisies-automne-hiver-2013

Les vidéos présentants les collections de la rentrée n’en finissent plus. Dernier coup de coeur, la campagne Prada qui mêle vie domestique et modernité avec élégance. La simplicité est le maître mot de cette collection qui s’inspire de l’imaginaire du film noir. Je ne peux m’empêcher de sentir aussi une petite référence à Wes Anderson dans cet univers minimaliste et poétique… Non ?

comment 1

TENDANCE : LES MAMIES FONT LA MODE

Mamie-de-la-mode-tendance-modzik

Après quelques décennies au bord de la fontaine de jouvence, la mode semble se désintéresser du culte du jeunisme. Si les nouveaux visages ont toujours de l’importance, on ne peut s’empêcher de remarquer que l’industrie opère un retour flatteur sur ceux qui ont fait son histoire, prouvant que la mode n’est pas juste une question d’artifices. Après le retour au vintage, un passage par ce qui nous semblait encore ringard il y a quelques temps, on réalise qu’en matière de mode ce qui a de l’âge est de nouveaux trendy. À commencer par nos icônes mode d’hier qui n’en finissent pas de voler la vedette aux nouveaux acteurs de la mode.

Si le bistouri est resté pendant longtemps la tentative souvent vaine de garder un corps jeune, on voit de plus en plus certaines des icônes avec lesquelles nous avons grandis, se laisser vieillir avec naturel et style. On pense à Brad Pitt dont les rides apparentes (lors de la campagne Chanel N°5) n’entachent en rien le sex-appeal. La vieillesse n’est donc plus vu comme l’image de la mort ou de l’avilissement du corps mais bien synonyme de beauté, maturité et liberté. La raison principale de ce changement ? Ceux-là même qui ont instaurés le règne du jeunisme commencent à vieillir et s’aperçoivent que leur âge ne les empêchent pas de continuer à vivre, au contraire.

Brad-Pitt-Chanel-No.-5-Fragrance-Campaign-2012-4_e

Le site précurseur en la matière est Advanced Style. Crée par Ari Cohen, ce blog américain s’est orienté vers le street-style de sa grand-mère et de ses amies octogénaires. Des femmes de style avec un brin d’excentrisme qui ont réussi à conquérir la toile en quelques milliers de clics. Un simple hommage d’un petit-fils à sa grand-mère qui a eu des retombées importantes sur toute l’industrie. On pense à Lanvin qui pour sa collection automne/hiver 2011 a utilisé des individus ordinaires dont la danseuse classique octogénaire Jacquie «Tajah» Murdock ou encore à Rayban qui a pour égérie les Rolling Stones, papis du rock et du style sur ses campagnes d’affichages. Côté beauté, c’est Iris Apfel qui, sa chevelure argenté et ongles laqués inclus, devient l’égérie de MAC. Le cheveux blanc ne fait plus peur, il est même recherché comme l’a prouvé la chanteuse Rihanna en apparaissant dernièrement avec des mèches silver sur la tête. Une mode dont elle n’est pourtant pas précurseur puisque c’est la brindille Kate Moss qui dès 2010 était apparues avec des mèches argentés lors d’une campagne pour la maison Longchamp. Et en 2013, ce sont les modèles du créateur français Alexis Mabille qui apparaissent cheveux couverts d’une laque grise.

irisapfel_formac_feature1_e

Et la mode n’est pas en reste. Grace Coddington ancienne directeur artistique du Vogue US fait la couverture de I-D Magazine, Angela Lansbury personnage principale de la série Arabesque se retrouve en couverture de The Gentlewoman,  et en France, c’est Francesco Clemente qui officie en couverture de L’Officiel Hommes. L’industrie revendique clairement que la mode est clairement plus une attitude de style et d’attitude que l’histoire d’une apparence aujourd’hui.  On met en avant des gens pour ce qu’ils représentent beaucoup plus que pour ce qu’ils paraissent comme le montre la recrudescence de tops modèles ayant dépassée la trentaine. Kate Moss est égérie pour Vivienne Westwood, Daria Werbowy ne quitte plus Céline, Gisèle Bündchen devient la femme Ferragamo et pendant ce temps là, Naomi Campbell continue d’être le modèle l’un des modèles les plus courrue des magazines.  Le retour de ses visages familiers apporte une sensation de continuité et d’histoire à l’industrie. On pense par exemple à Claudia Schiffer qui fêtait l’an dernier sa première campagne avec Guess.

mode-mamies

En matière de mode, un âge avancé ne semble plus avoir aucune importance. Une idée qui va à l’encontre de ce que l’on pense souvent de la mode, industrie de la futilité et du paraître sans impacte sur le monde réel… Il faut croire que ces gens ont tort. La mode a appris de ses erreurs après, et s’est réveillée après le scandale des mini-lolitas, on pense à la jeune Hailee Steinfield pour la campagne Miu Miu ou encore à Thylane Lena Rose-Blondeau dans les pages du Vogues Paris. Une réflexion également poussée par la longévité des carrières. En travaillant de plus en plus longtemps, les grands du luxe ont redécouvert la beauté des séniors. L’impact du minimalisme et de l’androgynéité dans la mode y est aussi pour quelque chose. La mode est la recherche de la simplicité et du vrai… Une tendance qui on l’espère, a encore de beaux jours devant elle.

(écrit pour modzik.com)

comment 0

SHOPPING : DANS LA VALISE DE MODZIK DESTINATION BRÉSIL

Il y a ceux qui sont déjà en vacances et ceux qui ont hâte d’y être. Dans les deux cas, Modzik a concocté une sélection shopping qui devrait enflammer vos rêves de vacances les plus fous. Première destination le Brésil. Valise légère et tenues colorés pour danser en toute tranquillité sur les plages de Rio, un mojito à la main.

dans-la-valise-de-modzik-brésil

 

Pour Elle :
1. Pendentif ‘Boho’ en or Ben Amun 200€
2. Chapeau Mou ‘California’ American Apparel 38€
3. Bikini ‘Oasis’ We Are Handsome 195€
4. Sandales plates en cuir Format 29€16
5. Robe multicolore In Love With Fashion 56€06

Pour Lui :
1. Casquette camouflage Reason with Clothing 21,27€
2. T-shirt Hype 26€
3. Lunettes de soleil Oakley 139€
4. Tongs Havaïanas 23€90
5. Short de bain imprimé océan Crooked Wave 35€

Bonus : Malle Moynat

(écrit pour modzik.com)

comments 2

JUIN BY INSTAGRAM

Juin

Je suis en vacances, enfin ! Il est donc temps pour mois de faire un petit bilan avec un sacré temps de retard sur mon mois de juin. En regardant les photos je me suis rendue compte que j’avais seulement trois activités principales : manger – lire – écouter de la musique. Je travaille maintenant actuellement à la fin de ma monomanie et à la découverte de nouvelles passions haha.

June-1

Je me suis promenée et j’ai découvert un bar à sieste. Un rêve devenu réalité en somme…
June-2

J’ai sans doute pris du poids suite à mon amour incontrôlable pour les burgers…

June-4

J’ai acheté le 1er numéro de Vanity Fair et Desillusion Magazine est toujours mon magazine préféré

June-5

J’ai eu 25 ans, maintenant je me sens un peu vieille du coup je veux apprendre et faire de nouvelles choses

June-6

J’ai visité Paris et je suis tombée sur la Statue de la Liberté

June-7

J’ai assisté à mon 1er défilé de la Fashion Week (Damir Doma <3) et j’ai rencontré les MGMT en shooting

Bref, juin c’est passé vite et c’était bien.

comment 0

NUITS BLANCHES AU PEACOCK SOCIETY

Paris n’aura jamais accueilli autant de festivals électro qu’en 2013. Après le Marvellous Festival et le Weather Festival, c’est le Peacock Society qui a ouvert ses portes au Parc Floral. Du 12 au 14 juillet, le festival a accueilli 19 500 visiteurs venus célébrer la venue des meilleurs DJ de la scène électronique internationale en Ile-de France. Pendant deux jours, de 20h à 6h du matin, le Parc Floral a été l’épicentre de la nuit parisienne. Retour sur une première édition plus que réussie.

Dès le vendredi, le public comprend qu’il lui sera impossible de tout voir. Même si certains avaient la line-up en tête, il s’est avéré impossible de s’empêcher de danser sur DJ Koze pour aller voir The Magician. Le Peacock Society laisse le public se porter au vent de la musique. La scène en plein air retentit des applaudissements du public tandis que la Warehouse tremble au rythme des basses et des hurlements jouissifs de la foule. Impossible de savoir lequel des deux semblent le mieux. Alors le public multiplie les aller-retour, se divise en deux équipes prêtes à faire profiter jusqu’au lever du jour. La fatigue ne semble pas avoir d’emprise sur les festivaliers qui se réjouissent de l’instant présent. Parmi les DJ les plus attendus : DJ Koze, Riccardo Villalobos et Richie Hawtin se succèdent au Warehouse. Un open air immense où l’on se presse les uns contre les autres dans la bonne humeur, conscients de partager un moment unique. À 6h30 le public prend enfin la direction de la sortie après avoir amorti ses dernières doses d’adrénaline au rythme de Richie Hawtin. Un peu hébété, les yeux hagards mais le sourire aux lèvres chacun prend la route de son domicile en se demandant si la nuit du lendemain sera aussi intense que celle qui vient de s’écouler. Après 10h de son, le silence du métro finit d’achever les dernières motivations jusqu’à la descente de chacun des voyageurs. Terminus.

peacock-society-Matthew-Oliver

 

La nuit a été courte pour tout le monde. C’est beaucoup moins frais que les festivaliers se présentent à l’entrée du Parc Floral le samedi à 20h. Pour se remettre tranquillement de ses émotions, le public est plus enclin à faire le tour des activités proposées par le Festival. Les Food Trucks ne désemplissent pas, chacun fait le plein d’énergie afin de pouvoir faire brûler la chandelle jusqu‘à la fin du festival Après avoir avalé un morceau sur le pouce, et exhibé fièrement ses tatouages plumes de paon, le public se divise à nouveau. Pour certains, le bar sera le premier arrêt, après tout, en festival, la bière à la main est un indispensable. On entend quelques personnes chuchoter à propos de l’annulation de Hudson Mohawke qui avait laissé un message sur son compte Facebook à ses fans parisiens. Mais la programmation du samedi s’annonce tout aussi folle que celle de la veille : les français de The Aikiu commencent à chauffer la foule avec un live acclamé, suivi du canadien Kaytranada qui achève de mettre dans l’ambiance les derniers fatigués de la veille à travers un set r’n’b / hip-hop avec lequel il a déjà convaincu ses abonnés Soundcloud. Tandis que le dj set de Bambounou s’éternise, TEED a le temps de prendre la relève à l’open air. Chant, jeu de lumière, dj set… Son talent d’homme-orchestre permet au dinosaure d’envoûter le public avec son électro-dance. Ses tubes font résonner les cris du public qui passe la moitié du set les mains levées, acclamant le talent du producteur anglais. Le dinosaure a mis le feu à la demeure du Paon en seulement une heure.

peacock-society-maxime-chermat1

 

Ce samedi, c’était aussi l’occasion pour le label Cadenza Night de fêter ses 10 ans. Sur scène, toutes les signatures du label enchaînent les dj set. La fatigue se fait sentir, on s’extirpe de la foule pour aller se reposer un peu derrière la scène de l’Open Air. Là-bas, transats et carré d’herbes n’attendent que les festivaliers. Sous des guirlandes de lumières, un baffle diffuse des sonorités énergiques permettant de garder les visiteurs motivés. Il est 3h du matin et un flux dense de personnes amorce un retour vers le Warehouse, Gesaffelstein viendrait d’entrer sur scène. Les murs du Warehouse résonnent déjà de l’électro bourrine de l’étalon signé chez Bromance Records. La foule est en délire, la musique semble redonner un élan monstrueux à tous ceux qui pensaient que l’heure de rentrer était arrivée. Si les premières secondes de Pursuit déclenche un mouvement de foule, le remix du Thriller de Mickael Jackson fini de plonger le public dans l’hystérie la plus totale. Gesa est roi de cette nuit qui semble infinie. Et c’est sans aucune interruption que Brodinski reprend les platines. Les fidèles de Bromance restent tandis que certains se ruent pour ne pas louper Luciano, grosse pointure de Cadenza Night. Le jour se lève à nouveau sur une foule épuisée mais sereine. Chacun reste dans son univers, et le peu de personnes ayant assez de force pour continuer à converser sont unanimes : on a hâte de savoir ce que nous réserve la prochaine édition.

(écrit pour modzik.com)